UN JOUR COMME LES AUTRES de Paul COLIZE

22/03/2019

446 pages des éditions Hervé Chopin en Mars 2019 au prix de 19 euros

A la place 280 de ma pal depuis le 8 Févier, sélectionnée par BE POLAR pour le recevoir et publier ma chronique sur leur site entre le 8 et 13 mars, j'ai tout de suite adorée, la couverture de ce très beau livre, et j'avais hâte de me plonger dedans.

Eric, le compagnon d'Emilie, le 14 Novembre 2014 pars au travail et depuis as disparu.

Emily mets tout en œuvre pour rechercher l'homme de sa vie.

Est ce qu'elle va le retrouver ? Et jusqu'à ou va l'emmener cette quête ?


La première partie du livre est basée sur Emilie, la compagne d'Éric, les démarches qu'elle entreprends pour le retrouver, les personnes qu'elle va rencontrer pour obtenir des informations, son état d'esprit, ce qu'elle fait.

La deuxième partie commence quand Alain LALLEMAND, journaliste d'investigation, décident de s'occuper de cette affaire, et mets en place, une équipe, et la un doute subsiste sur la culpabilité d'Emilie, est-elle vraiment la femme sans soupçons qui cherche l'homme qu'elle soi-disant chérit.

On rentre dans une enquête addictive, ou l'équipe de journalistes du SOIR, magazine, ou ils officient régulièrement, ils vont au fond des choses, ne négligent aucune piste.

Et on est totalement embarquée dans l'action de cette enquête, jusqu'à la fin, on se demande qu'est qui s'est réellement passer ?

Au cours de ma lecture, divers rebondissements s'accumulent, effectivement, Éric avait beaucoup de secrets, bien cacher.

J'ai vraiment la ténacité et l'obstination des enquêteurs, qui vont va aller véritablement jusqu'au bout, et surtout négliger aucune piste, même celles très peu cohérentes, en partant du principe, que tout est possible.

Je connais pas du tout cet auteur, et j'ai beaucoup aimer son écriture, très immersive dans l'action, et on n'arrive pas à suspendre sa lecture, tellement on as envie de savoir la fin.

Et je finirais cette chronique en disant que j'ai également beaucoup aimer la fin et même l'auteur nous donne beaucoup de détails sur cette conclusion.

Je note le nom de cet auteur, je n'hésiterais à lire autre chose de lui.