PURGATOIRE DES INNOCENTS de Karine GIEBEL

24/02/2019

640 pages des éditions Pocket en mai 2014 au prix de 8.90 Euros

Pour le #piochedanstapal de Septembre, @jodyane m'as choisis cet opus, @loeildelucioledansleslivres as mis en place #bookclubdeluciole, et ce livre as était choisis, deux bonnes raisons d'ouvrir un nouveau livre de Karine GIEBEL qui m'as jamais décus.

Un couple rentre dans une bijouterie, Raphael et Christel, ils braquent le commercant, leurs trois complices, les attendent plus loin : Will et Fred.

Quand ils sortent, les policiers les attendent, un échange de coups de feu, Will est blessé, et un policier est mort.

Il faut trouver vite un endroit pour soigner Will, une plaque d'une vétérinaire, semble être une bonne idée, mais ou ils vont aller, ils vont juste vivre l'enfer.

Gros coup de cœur pour ce 3éme opus de Karine Giebel

Ce livre commence simplement, comme beaucoup d'autres, un braquage as mal tourner, il trouve une ame charitable pour les soigner, quand même sous la menace d'une arme

Mais quand le soi disant mari de leur chère hôtesse rentre, tout se transforme, tout deviens tortures et brimades.

On es pris dans un enchainement d'actions très dures parfois, mais on sens la solidarité entres ses prisonniers de ce monstre, dont deux petites filles.

On frissonne, on tremble pour ses petites filles, mais aussi pour la frustration des braqueurs.

La fin est magistrale, j'ai eu ma petite larme.

C'est le genre de livre qui vous bouscule, qui vous malmène, mais vous être accrocher, suspendu a chaque page.

Le suspens est addictif, et présent tout le temps.

On s'attache aux braqueurs et évidemment aux petites filles.

Il y a pas beaucoup de personnages, mais c'est un huit clos, prenant, qui vous assailles les tripes.

Evidemment âmes sensible, s'abstenir, c'est parfois très cruelle, mais l'action qui se mets en place incite a ce genre de scène.

J'ai juste raffoler, un claque, un slip comme vous souhaitez.

Effectivement Karine Giebel me déçois jamais, mais de plus en plus j'adore ces écrits, son écriture - Vivement le prochain -