https://forms.sbc33.com/5b7cdc9211ce6256ffc04e8a/kWuGAML7Tq6z6H2MDY5WKw/y2g2xknJTqC6IDXndSZrTg/form.html

PANDEMIA de Franck THILLIEZ

31/10/2022

588 pages aux éditions Pocket le 2 Novembre 2017 au prix de 7.96 Euros 

 A la place de 4 de ma pal depuis le 12 Décembre 2017 - 7eme volet des enquête de Sharko et Hennebelle en lecture commune avec le groupe créé par Maeva du compte @les_livres_d_enola -

Une épidémie semble toucher les oiseaux migrateurs, une sorte de grippe aviaire, mais ce terme fait peur. La grippe saisonnière aussi fait rage parmi les humains et clairsemé les effectifs du 36 quai des Orfèvres et d'ailleurs.

Un livre édité en 2017, mais j'ai vraiment eu l'impression qu'il avait été écrit pendant l'épidémie du COVID - C'est tellement réel, que s'en est vraiment troublant.

On retrouve Nicolas et Camille, c'est toujours un plaisir de retrouver, les personnages du tome précédent, pour ce tome, le ton est donné, c'est extrêmement scientifique, et moi j'aime beaucoup tout ce qui touche aux maladies et aux virus, donc j'ai beaucoup aimé ce volet.

C'est angoissant, mais c'est tellement passionnant et surtout tellement addictif, l'enquête nous mène par monts et par veau et nous tiens en haleine pendant ces 588 pages.

J'avoue que c'est un des livres qui m'ont fait le plus peur, car ma phobie est les rats, et un des personnages est obsédé par ce rongeur, donc elle en vois partout, cela était très compliqué pour moi, mais heureusement le livre ne parle pas que de cela.

C'est un livre qui est centré sur les peurs : de la maladie en général, de l'autre qui est atteint et toutes ces petites bêtes qui terrifient n'importe quel être humain.

De nouveaux personnages, également, intervienne dans ce tome et j'ai beaucoup aimé leur histoire, j'espère les retrouver dans une autre volet. Bien que là l'investigation est réellement terminée, donc je pense, on va repartir sur une nouvelle enquête.

Le récit est encore bien documenté, comme d'habitude, donc c'est tellement facile d'être happé par ce qu'il nous raconte.

Comme à chaque fois que je ferme un de ces livres, je me dis vivement le prochain.