N’ÉTEINS PAS LA LUMIÈRE de Bernard MINIER

16/04/2020

697 pages aux éditions Pocket le 14 Février 2015 au prix de 8.40 Euros.

A la place 22 de ma pal depuis le 4 août 2017 - Je poursuis ma saga avec le commandant de Martin Servaz - J'aime beaucoup ce personnage, mais je sais que dans ce tome il occupe pas la place principale, mais j'aime lire tome après tome

Christine STEINMEYER, animatrice de radio as une vie ce qu'on peut nommée de classique, jusqu'au jour ou elle reçoit une lettre de suicide qui lui est pas destinée, a partir de ce moment la, son existence va devenir un enfer

Ce troisième tome met un peu en repos notre cher commandant Servaz, puisque justement il essaye de se remettre doucement des événements tragiques qui lui sont arrivées dans un établissement destiné aux policiers dépressifs

L'histoire que nous propose l'auteur m'as beaucoup plus, je l'ai trouvée très psychologique, il aborde énormément de thèmes, comme le harcèlement et aussi la vengeance

Comme les autres tomes on lit une histoire bien construite, avec des rebondissements et aussi des passages très difficile.

Mais je l'ai trouvée un peu en dessous des autres volets, le début m'a paru un peu lent, contrairement aux deux volets précédents

Il faut dire que le commandant Servaz rentre en scène, assez loin dans le récit, ce qui est un peu perturbant, faut bien le reconnaître.

Mais j'ai beaucoup apprécié la tournure de la trame, et aussi les recherches approfondies de l'auteur.

On apprend beaucoup de choses dans ce livre et on ressent le travail de documentation.

Bon j'ai compris que c'était une petite pause pour notre cher commandant, et qu'il reviendra plus fort que jamais dans le prochain livre

Evidemment je continue la série avec le prochain