LA FEMME QUI TUA STEPHEN KING de Azel BURY

17/08/2020

114 pages aux éditions createspace independent publishing platform au prix de 10.00 Euros

A la place  49 de ma pal depuis le 8 aout 2017 je l'ai choisis dans le cadre du challenge #calendrierdelaventlitterraire, je l'ai tirée au sort pour le mois de Mars, bon je suis un peu en retard, ce titre m'intriguais, et tout de suite j'ai voulu l'acheter.

Irma as envie d'écrire, mais toutes ses idées viennent des idées de son auteur préféré : Stephen King, elle en as ras le bol, une idée loufoque lui arrive à l'esprit : se rendre dans le Maine pour le tuer.

Cela ne commençait pas trop mal, je trouvais l'idée assez originale, mais ensuite c'est partis dans tous les sens.

Déjà il y eu plusieurs chapitres sur comment elle tua cet auteur emblématique, pourquoi pas ?

Mais ensuite je n'ai pas compris le projet de l'autrice, la folie des fans est rentrée dans le jeu.

J'ai trouvé cela incohérent et surtout aucun sens.

Franchement pour moi ce livre est une pure déception, je m'attendais a quelque chose de différent, de plus atypique.

L'écriture est agréable, cela se lit facilement, c'est le sens de l'histoire, la tournure que l'autrice a choisis de prendre, que je n'ai pas aimer.

Après peut-être c'est trop farfelu, j'ai besoin dans ce que je lis, qu'il y est un sens, une ligne de conduite.

Donc je n'ai vraiment pas adhéré, mais je suis sûr que ce récit trouva son public avec les adeptes d'humour noir, l'avantage de ce genre de lecture, c'est que j'ai eu très envie de lire un roman du maître et je suis pratiquement sûr de n'être pas déçu.