LA CITE DES JARRES de Arnaldur INDRIDASON

19/07/2021

1056 pages aux éditons Point S le 15 Novembre 2011 au prix de 14.50 Euros

A la place 402 de ma pal depuis le 14 Novembre 2020, #mrcabrik as proposer une lecture commune du premier tome le enquêtes d'Erlendur qui se prénomme la cité des jarres, dans ce livre il comporte trois tomes : La femme en vert et La voix.

Pourquoi l'inspecteur Erlendur use-t-il sa mauvaise humeur à rechercher l'assassin d'un vieil homme dans l'ordinateur duquel on découvre des photos pornographiques immondes et, coincées sous un tiroir, la photo de la tombe d'une enfant de quatre ans ?
Pourquoi mettre toute son énergie à trouver qui a tué celui qui s'avère être un violeur ?
Pourquoi faire exhumer avec quarante ans de retard le cadavre de cette enfant ? A quoi sert cette collection de bocaux contenant des organes baptisés pudiquement la Cité des Jarres ?

C'est le premier titre de l'auteur que je lis, j'ai tout de suite aimée le personnage d'Erlendur, et aussi son coéquipier : Sigurdur et sa coéquipière Oli, je trouve que chacun de ses personnages ont des caractéristiques différentes mais complémentaires mais cela induit parfois des petites incompréhensions entre eux et cela donne un plus au récit, un petit côté palpitant.

Après l'atmosphère, une Islande froide et pluvieuse qui donne tout suite le ton, alors que moi j'étais en plein mois de juillet sur une plage au bord de la mer, mais j'avais un plaisir de lire les chapitres de la lecture commune, cela me mettait dans un autre univers, celui de l'auteur et aussi celle de l'enquête qui tourne autour de la famille, autant dans le cadre de l'investigation que dans la vie personnelle d'Erlendur.

Ce qui pour moi donne vraiment le ton, beaucoup de thème sont évoquées dans cette enquête d'abord une maladie génétique : la neurofibromatose qui touche que les filles qui meurent très jeune, et puis aussi un violeur qui n'as jamais été condamné et également le rôle de la police qui n'ont pas fait grand-chose.

Les femmes ont une belle part dans cette histoire, leurs douleurs, leurs histoires et aussi la fille d'Erlendur tient une place dans le récit.

Je m'étais dit que si ce premier tome me plaisait, je lirais le deuxième et le troisième. Franchement ce fut une belle surprise

Avec les polars scandinaves, on ne sait jamais à quoi s'attendre, et je sais que c'est normalement un rythme assez lent, qui est assez rédhibitoire chez moi, mais franchement je n'ai pas trouvé que la trame soit lente, les choses se sont installées au fur à mesure mais j'ai particulièrement aimé la tournure que ça a pris.

C'est clair, que je vais essayer de trouver tous les tomes de cette série, Erlendur et son équipe sont très intéressant et j'ai très envie de les suivre dans leurs diverses enquêtes.