JE REFUSE D'Y PENSER de Lotta ELSTAD

31/10/2019

288 pages aux éditions Marabout le 21 Aout 2019 au prix de 19.90 Euros

A la place 405de ma pal depuis le 3 Octobre 2019 - Babelio m'as proposer ce livre en tant que masser critique priviliégiée, j'ai tout de suite presenter ma candidature, car le sujet m'interpelle, le processus d'une femme pour interrompre sa grossesse.

Hedda MOLLER, 32 ans, journaliste, viens de se faire quitter par l'homme qu'elle aime. Elle s'autorise un voyage iniatique en Grèce. Elle rencontre Milo. A son retour, elle se rends compte qu'elle est enceinte, elle va voir prendre très vite un rendez-vous avec un médecin pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse. Mais une nouvelle loi est mise en place, elle a trois jours ouvrés pour réfléchir. Nous allons suivre cette jeune femme dans ce processus autant que dans les démarches et que sur le côté psychologique.

Ce livre est très captivant c'est un moyen de se rendre compte de toutes les étapes qu'elle va subir pour accéder à son interruption volontaire de grossesse.

Sans parler de tous les problèmes qu'une jeune femme de 32 ans peut rencontrer, que cela soit sentimental, financier et psychologique.

Et ces fameux trois jours, ou au bout de ce délai elle devra prendre une décision irrévocable.

Trois journées est en même temps très long, car l'acte n'est pas établi, le problème est toujours présent. Mais de ce fait trop court, car trois jours pour prendre une telle décision est vraiment difficile, devenir Maman ou pas.

Mais ce livre traite pas du choix, car pour notre personnage, Hedder, sait ce qu'elle veut, mais surtout pour les moyens à y arriver, et aussi de la psychologie du médecin qu'il va l'as recevoir pour interrompre sa grossesse.

Elle va vivre des aventures rocambolesques pour arriver à son but, parfois c'est hilarant, a d'autres moments, on trouve cela dramatique.

J'ai beaucoup aimé ce récit, ou on ressent le poids d'une telle décision, et surtout le parcours semé d'embuches, l'action se situe en Suède.

L'action est présente, et on as l'impression de vivre les situations avec Hedder.

On réalise que nous en France que des femmes avant nous se sont battues pour que justement on accède à ce droit, sans passer comme Hedder par de multitudes embuches.