CHATEAU CHARBON de Yasha BREEN

29/12/2020

220 pages aux éditions Slatkine et Cie le 20 Aout 2020 au prix de 16.00 Euros

A la place 409 de ma pal depuis le 8 Octobre - Je l'ai gagnée dans le cadre d'un concours organisée par @lectures_du_chatpitre et c'est également que le deuxième livre que le compte @thebooktrotteuses me permettre de faire voyager, j'aime tellement ce principe, lire un livre, le recevoir et le transmettre a mon tour avec un petit mot.

Marceau, autiste, as un hobby, il aime suivre les gens et quelquefois faire connaissance avec eux, en parallèle on suit Ruben et Schwartz, deux colocataires, dealer et voleur a la petite semelle avec des rêves pleins la tête, ces trois personnages vont se croiser pour finir en tragédie.

J'ai aimé ce roman très original, qui est composée de chapitres courts et qui est consacré à l'un des personnages principaux : Marceau, Ruben ou Schwartz.

J'ai vraiment apprécié la nature de ces protagonistes, qui sont vraiment torturées, autant par que le présent que leur passé.

La marque féminine dans cet opus, donne le côté rassurant et stabilisant de l'histoire.

L'écriture nous porte dans cette trame et aussi ce lieu désaffecté et tellement désarmant le château Charbon, c'est vraiment une pause sur un instant présent.

Les liens sont subtils et mettent en lumière des personnes atypique et révoltées. Cela m'a beaucoup attiré.

Après ce genre de livre est vraiment un défi, car c'est en dehors de ma zone de confort, mais cela me fait vraiment du bien, de passer à quelque chose de totalement différent.

Et surtout d'être interloquée par une telle lecture, et analyser mon ressenti, après pour être totalement honnête, je ne pourrais lire que ce style de roman, constamment, mais de temps en temps c'est agréable.

Et puis le mélange des émotions est très pertinent, entre la noirceur de certains passages et l'action effectif d'autres, et également l'ironie de ce livre qui est présente.

Plusieurs thèmes sont exploités : l'autisme, le harcèlement, la petite délinquance et la culpabilité mais à petites doses, distillées au fil des pages, pour pas en faire trop, mais qu'un sujet ne soit pas trop prédominant par rapport aux autres.

Je trouve que pour un premier roman il est bien amené et m'as apporté un beau moment de lecture.