CES TROUS DANS MA VIE de Isabelle FABLE

23/10/2019

200 pages aux éditions M.E.O. le 2 septembre 2019 au prix de 17.00 Euros

A la place 397 de ma pal depuis le 26 Septembre 2019, que j'ai reçu par Babelio pour la masse critique de la rentrée litterraire, j'ai choisis ce livre, car ce recit me semblait pleins d'émotions et de substance.

L'auteure se livre, elle parle des membres de sa famille qui sont décédées - Son père d'abord, ensuite sa mère qui as vraiment du mal à continuer à vivre sans lui, son compagnon mort d'un cancer fulgurant et son fils pour qui elle as lutter de toute ses forces.

Ce récit n'est d'abord pas du tout morbide, l'auteure as voulu laisser une dernière trace de ses disparus, comme on peut dire, pour moi cela reste un très bel hommage.

Dans chaque chapitre, elle parle de leur vie, de leur caractère, et surtout ses rapports avec eux, et cela permet également de parler d'elle.

Comme par exemple, quand elle parle de son mari, elle dit la nouvelle Isabelle as dû réussir à être elle-même, cela nous pousse à réfléchir, quand un homme décéde est ce que sa femme à ce moment la retrouve sa place qu'elle aurait toujours du obtenir.

Ce chapitre parle aussi de la maladie, et de tous les essais qu'ils font, pour s'en sortir.

Et le dernier chapitre, le plus long, et sur son fils, et une lutte acharnée pour l'aidée à vivre, son fils était très déprimé, elle nous explique comme elle a portée à bout de bras, pour lui donner des raisons de se soigner.

C'est vraiment émouvant et touchant, quelles ressources on peut mettent en place pour sauver le fruit de nos entrailles, c'est vrai, ce n'est pas dans l'ordre des choses, un enfant ne dois pas mourir avant ses parents.

Et voir son enfant souffrir, qu'il refuse de se faire aider, doit être terrible, et je suis arrivé très facilement à me mettre à la place de sa mère qui s'acharne à sauver son fils.

Son écriture est agréable à lire, elle n'est pas triste, elles parlent tellement bien de leurs vies, que leur décès ne prend pas la part majoritaire dans le récit.

Evidemment elle parle comment elle réussit à vivre sans eux, mais ça ne tombe dans le dramatique, au contraire, elle rend les faits assez positifs.

C'est vrai, que le dernier chapitre est plus difficile, et surtout la fin est encore plus cruelle, mais on comprend aisément qu'elle a tout mise en œuvre et que franchement elle n'a rien à se reprocher, même  si dans ces circonstances, elle continue à se dire, si elle n'aurait pas pu faire plus.

Malgré le sujet délicat, j'ai apprécié cette lecture, cela reste une véritable trace d'eux, peut-être pour ses petits enfants.